Double victoire russe sous le regard d'une double championne olympique...

          Les organisateurs n’étaient pas peu fiers -n’est-ce-pas Mr Saintin !- de présenter au public la Camerounaise domiciliée à Orléans, Françoise Mbango. Elle n’est ni plus ni moins que double championne olympique de triple saut en 2004 et en 2008 (avec le record olympique à hauteur de 15.39m à seulement 11 cm du record du monde). Elle défendra son titre à Londres en 2012, avec, l’espère-t-elle le record du monde en poche entre temps : « je m’entraîne très dur pour y arriver » précise-t-elle. C’est une sacrée pointure comme on dit, elle est la première sportive Camerounaise de l’histoire à décrocher un puis deux titres olympiques en individuel (en équipe, le foot a déjà été titré). Londres, ce ne seront pas ses troisièmes jeux, mais les quatrièmes car elle a participé à ceux de Sydney en 2000 en terminant 10ème (« j’avais une fracture de fatigue, je n’aurai pas dû participer, mais l’expérience que j’y ai acquise a été très importante dit la championne »). Une sacré championne ! C’est grâce à des liens d’amitié avec le club d’athlétisme de Dreux que le public a pu faire la connaissance de cette championne très sympathique et, ce n’est pas le maire de Sainte-Gemme-Moronval, André Cochelin, qui dira le contraire. Françoise Mbango a tiré les coups de feu pour les départs des deux courses et a bien évidemment remis les récompenses…
 
          Pour la course phare, il n’y a pas eu de suspense pour les deux premières places mais dans quel ordre ? En effet, le favori, le Russe Alexander Bolkhovitine, n’ayant pas pu repartir dans son pays (à Penza exactement, occasion de chercher sur une carte !) à cause d’un volcan après sa victoire à Valognes dans la Manche, s’est aligné bien entendu pour la gagne (à la guerre comme à la guerre aime-t-il dire !). Oui, mais là, la partie a été difficile : Nafa Belkaï a donné bien du fil à retordre, « j’ai couru avec ma tête, car j’avais beaucoup trop de courses dans les jambes, et mon adversaire a été très bon, je n’ai été rassuré qu’après le quinzième km » précise Alexander. Les deux champions ont donné le meilleur d’eux-mêmes, si bien que le record de l’épreuve a été battu pour le porter à 1h08’03", le troisième est très loin à 8 min (Joneau).
 
          Au féminin, Natalya Starkova, 23 ans, ultra favorite, gagne en 1h18’10" et finie 7ème au général du semi : une sacré performance. Mais la championne de Magnetogorska en Russie (occasion de chercher également sur la carte !) n’en n’est pas à son coup d’essai. A 21 ans, elle est championne nationale 2008 de course en montagne. Elle est militaire (tous les champions de haut niveau sont militaires, ce qui permet de pouvoir s’entraîner normalement souligne Marina Ivanova qui a gentiment jouée l’interprète) : « Natalya suit en parallèle des cours de psychologie et est entraînée par Irina Kiseleva qui est une très bonne amie à moi », précise Marina, elle-même grande championne Russe ayant démarré le sport par le patinage artistique, faisant partie de l’équipe militaire Russe. Elle a gagné en France notamment deux fois le Marathon de la Rochelle. Elle est ingénieure et est maintenant installée au Havre avec son mari Français. C’est donc tout naturellement qu’elle accueille des compatriotes quand ils viennent en France (villageinfo28 la remercie pour toutes ses explications et sa disponibilité).

          Aux foulées Kalenji là aussi, la course s’est jouée sur un duel entre le drouais Kévin Normand et le Vétéran de Lucé Mainvilliers Olivier. C’est Normand qui l’a emporté en 35’32" devançant Olivier de 8 secondes. Le troisième est pointé à près de 4 minutes en la personne de Guillossou. A noter la 8ème place de Julien Primault pour sa première course. Au féminin, Stéphanie Cerisier l’emporte en 44’38" devant Annabelle Itier.


Une exceptionnelle édition avec un record battu, des beaux champions et une organisation qui a été saluée par les compétiteurs.

 

Source : "Villageinfo28"
 

Créer un site
Créer un site